Après quelques années de développement CODEMASTER a fait le choix de revenir aux sources de DIRT. Nous retrouvons la sensation d'une suite Dirt Rally, Dirt 3, une sensation de course totalement orientée arcade, qui est plaisante !

 

Note : Le test à été réalisé sous une version PRESSE d’avant sortie sur Steam en Ultra sous un gameplay en manette XBOX ONE.

 

GAMEPLAY

Dès sa prise en main, on se propulse dans un bon Dirt Arcade comme on les aime, les musiques des points de passage et de la ligne d’arrivée met le joueur directement dans l’ambiance. Une conduite souple très arcade, des graphismes magnifiques, et une sensation de réagir à la météo dynamique comme le temps jour/nuit, un vrai délice !

Différents lieux mythiques sont à visiter, parmi lesquels la Chine, le Népal, Rio et bien d'autres. Plusieurs terrains sont disponibles, dont la neige, la glace et le sable. Chaque terrain fait perdre plus ou moins de l’adhérence au véhicule du joueur.

Nous avons eu l’occasion de rouler de nuit sur un lac gelé en pleine tempête de neige, bref on n’y voyait absolument rien, mais l’expérience était au rendez-vous ! 

Les colissions sont le défaut principal du jeu, entre le joueur et l’IA ou les obstacles comme les murs. On ressent fortement l’arcade, un peu trop, on aurait aimé avoir des morceaux de partout sur la piste.

Le mode multijoueur permettra de jouer à 12, et 4 joueurs en écran scindé, nous ne l’avons pas essayé pendant cette version.

 

DIRT 5 - INFINITY AREA

 

Le retour d’une carrière solide ! 

Comme tout bon Dirt qui se respecte, les modes carrière, en ligne et libre sont présents sur le titre. Dans le mode carrière on nous propulse dans plusieurs régions du monde avec plusieurs types de courses, d’un rally aux épreuves de sprints ou de destruction.

Mise à part la redondance des circuits, le titre est plaisant et promet une carrière raisonnable de quelques heures de jeu. Un conseil, jouez-y en difficulté intermédiaire ou difficile histoire de vous donner du fil à retordre !

Au fil des tours d’une course, le changement climatique et le cycle de jour/nuit est surprenant, quitte même à vous ajouter une tempête de sable en pleine course. La difficulté est bien rythmée au fil des épreuves remportées, plus on avance, plus certaines courses sont vraiment compliquées. Tout dépend votre difficulté de jeu, c’est sûr que le mode FACILE te permettra de rusher le jeu sans prise de tête. Alors qu’un mode difficile, c’est une toute autre histoire !

 

DIRT 5 - INFINITY AREA

 

Vrouuuum des voitures par pagaille !

13 catégories de véhicules sont disponibles, pour plus de drift, de vitesse et de saut. Une cinquantaine de voitures disponibles rapidement dès quelques courses obtenues. La customisation des voitures est également disponible avec un éditeur de livré, personnalisations de couches par couches ou d’un sélecteur de décalco, sans oublier les sponsors sur le véhicule comme tout bon Dirt qui se respecte !

Là encore un petit défaut, pas de customisation possible au niveau des parechocs, des ailerons, des phares etc. Ce n’est pas la ligne de CODEMASTER comme les anciens opus, néanmoins les voitures présentes sont déjà appréciables à manipuler.

 

DIRT 5 - INFINITY AREA

 

Graphismes & Sons

Malgré les critiques sur le net, nous restons convaincu de la qualité visuelle du titre. C’est un défi réussi, les décors sont magnifiques, et l’expérience d’un effet météo qui change en pleine course rajoute sa sauce. Le seul point négatif restera les dégâts sur la carrosserie du véhicule du joueur. La barre est haute au niveau du changement climatique, une franche réussite dans un jeu de course !

La musique des menus est top, rien à redire, on en redemanderai pendant les courses. Il manque cruellement de musique en pleine course, histoire de mettre le joueur dans la peau d’un pilote. Celle-ci est envoyée via les différentes zones de la carte. Sur certaines zones de fans comme un checkpoint ou la ligne d’arrivée, une immersion réelle pour le pilote.

 

Optimisation

Le jeu est beau, plaisant, et bien optimisé, aucun problème de mon coté, testé, joué en direct sur Twitch en Ultra avec une faible connexion internet, rien à dire le travail d’optimisation est bien présent, d’autant plus que le titre tourne sous 60 FPS sans problèmes !

La touche finale du rédacteur

On retrouve enfin l'ambiance d'un bon Dirt comme à l'époque, c'est un régal, quelques défauts, mais le jeu vaut clairement le coup !

Graphismes au top !

Sensation de pilotage

La difficulté bien présente

La BO dans les menus

Le changement climatique

Pas assez de musique en course

Les dégâts sur la carrosserie

La maniabilité proche de l'arcade