Préambule

Avant de commencer ce test, je voudrais remercier Just For Games, ainsi que Rebellion, pour nous avoir fourni des clés du très attendu Sniper Elite 5. Cette review tente de couvrir au mieux le jeu tel que nous avons pu y jouer ; il faut cependant garder en mémoire que la version presse du jeu ne comporte pas le patch « Zero Day ». Celui-ci est d’ores et déjà planifié et va résoudre beaucoup de bugs qui pourront être cités ici. TL;DR: c’est un très bon jeu, et il sera prêt à sa sortie.

Ce test a été rédigé par BioTheWolff et Papy_Sarmax, afin de couvrir les éléments de coopération du jeu, et aussi d’avoir plusieurs avis éclairés !


 

Histoire, contexte et graphismes

Sniper Elite 5 nous fait incarner un tireur de précision, Karl Fairburne, qui a rejoint une opération des US Rangers afin de préparer le terrain pour le « D-Day », le jour du débarquement. Fairburne prend contact avec la résistance française sur place, et se met en quête d’attaquer les forces de l’Axe. Il y découvre une opération secrète, dirigée par le général Abelard Möller, qui sera l’antagoniste du jeu. L’Opération Kraken, dont je tairai ici certains détails, prend ainsi doucement place au cœur de l’intrigue de SE5.

Les cinématiques incluent des images d’archive de la guerre, et sont réalisées avec le plus grand soin, afin de coller à l’Histoire, mais aussi à l’intrigue du jeu vidéo. La cinématique d’introduction est par ailleurs consultable à souhait, ce qui permet d’apprécier le soin porté au montage. Les inter-missions (introduction et fin de mission) procurent un sentiment d’implication dans l’histoire, ce qui est très agréable.

Le terrain de jeu, en monde pseudo-ouvert (monde ouvert sur chacune des 9 missions), se place sur le front de l’atlantique au sein de cette seconde guerre mondiale. Vous pourrez alors explorer des villages pittoresques de la côte Atlantique, Guernesey, et bien d’autres. Et quoi de plus pittoresque qu’un village construit de toute pièce, avec chaque détail façonné pour ressembler à la terreur de la guerre. Cratères d’obus, maisons partiellement détruites visitables, tranchées creusées à même le champ… Tous les détails sont bons pour attirer l’œil, et rassurez-vous, ils ne manquent pas.


Gameplay : la discrétion, une mission

Comme l’indique le titre de ce chapitre, la discrétion est au cœur de Sniper Elite 5. En effet, les différents éléments de discrétion que l’on peut attendre d’un jeu se retrouvent ici. Les buissons sont de très bonnes couvertures, et rien ne vaut des éliminations au couteau ! Le léger tutoriel nous introduit aux bases du tir et de la discrétion, tout en restant sobre et efficace. Le jeu nous projette ensuite dans la première mission, et nous avons la sensation de tout pouvoir faire.

Et c’est là tout le point fort du jeu : on peut toujours choisir son approche. Dès le début, la discrétion, l’assaut ou le comportement de fantôme sont toutes des approches possibles, et le jeu vous encourage à choisir la vôtre. Bien sûr, le jeu recommande la discrétion par tous les moyens possibles : alarmes, tireurs embusqués, mitrailleurs… Dans Sniper Elite 5, c’est un vrai bataillon que vous devrez affronter (voire plusieurs, honnêtement). La caméra d’abattage fait bien sûr son retour, avec encore plus de sang et de précision. Cette dernière couvre maintenant les assassinats à la mêlée, et aux armes secondaires, en plus de ceux au fusil de précision.

Un seul mot d’ordre : improviser. Bien qu’étant parfois très peu intelligente (peut-être par panique ?), l’intelligence artificielle (IA) du jeu brille par sa réactivité. Les soldats écoutent chaque bruit, et les différents niveaux d’alerte ajoutent de la profondeur au système de « rechercher et détruire » mené par les ennemis lors d’un combat. Ces derniers ont un style de combat différent en fonction de leur grade, et il vous revient de les contrer. Les armes sont maintenant dotées d’une couverture sonore lisiblement affichée, qui indique à quelle distance les ennemis vous entendrons ; tâchez d’en faire bon usage.


Objectifs secondaires et objets de collection

Afin de toujours viser une plus grande liberté d’action au sein de ses cartes, Sniper Elite 5 se dote d’objectifs secondaires et d’une liste de cibles. Chaque mission contient une cible à tuer, et le faire de la manière dont souhaite le jeu vous rapportera une arme unique. Les objectifs secondaires sont répartis sur les missions de façon plutôt homogène, et vous devrez les découvrir par les renseignements que vous obtiendrez.

Parlons-en, des renseignements. Au front, rien (ou presque) n’est acquis. Ainsi, les documents que vous trouverez sur les corps de vos ennemis, ou dans des recoins cachés, vous communiqueront des informations sur la mission actuelle. Bien sûr, tout n’est pas information importante : vous découvrirez alors des statuettes, pièces et autres objets de collection cachés. Les bien-aimés aigles de pierre sont de retour, à raison de 3 par mission, et se sont très bien dissimulés (à notre plus grand regret).


Une grande capacité de personnalisation

Bien sûr, un bon tireur de précision sait choisir son équipement. Dans tous les cas, vous devriez le savoir. Quoi qu’il en soit, vous avez la possibilité de choisir parmi un panel très impressionnant d’armes : fusils de précision, armes secondaires et armes de poing sont au rendez-vous. Chaque arme peut être customisée avec un choix de canons, crosses, etc. très vaste. Dans ce cinquième opus de la série, un nouveau type de customisation fait aussi son apparition : les munitions spéciales. Ces munitions (perforantes, subsoniques, etc.) permettent une customisation plus avancée de votre style de jeu, afin de s’adapter à toutes les situations.


Les Points qui fâchent

Il fallait bien en parler un jour, alors voici ce chapitre. Rassurez-vous, les points cités ci-après sont, pour la plupart, rares et seront corrigés pour la sortie. Tout d’abord, le plus gros souci actuel est le manque de déplacement « libre » à proprement parler. Le franchissement de mur/muret/obstacle n’est possible que lorsque l’interface utilisateur le mentionne ; cela peut paraître parfois étrange lorsque ce n’est qu’un trottoir ou une plaque d’acier de dix centimètres. Le système de mise à couvert ne fonctionne réellement qu’en bout de mur, où il est très efficace. En milieu de mur en revanche, l’utilisation du système se complique ; ce n’est quand même pas très impactant sur le gameplay.

Bien que certains bugs soient arrivés, Sniper Elite 5 se distingue par sa capacité à les résoudre. Parmi les jeux que j’ai pu tester, SE5 fait partie des jeux qui arrivent à corriger automatiquement des bugs détectés. Quelques no-clips et traversées de map de la part d’un item, automatiquement corrigées par la réapparition dudit item sur le sol, etc. Il est plaisant de voir que le jeu sait résoudre seul beaucoup de problèmes que l’on trouve aujourd’hui, et je tenais à le mentionner.


Modes de jeu, et coopération

Sur un ton plus joyeux, passons au chapitre suivant : les différents modes de jeu. Celui sur lequel je me concentrerai est le mode coopératif, qui permet de jouer à la campagne avec un ami. L’expérience est plaisante, bien que les ennemis soient plus résistants : ainsi, ne vous attendez pas à « rouler sur le jeu ». L’échange de munitions et d’objets spéciaux, ainsi que le marquage de cibles, rendent l’expérience coopérative plus immersive. Les deux joueurs pourront aussi consulter les caméras d’abattage déclenchées : vous pourrez alors regarder ensemble avec quelle dextérité on peut abattre un ennemi ! Croyez-moi, c’est fort plaisant.

Il existe aussi le mode survie, qui consiste à combattre des vagues d’ennemis ; et le mode multijoueur, qui est un bon vieux Joueur contre Joueur tel qu’on les connaît. Le mode invasion, nouveau dans cet opus, permet d’envahir une partie de la campagne d’un autre joueur. Je n’ai pas eu l’occasion de tester ce mode de jeu, mais les retours de Papy_Sarmax font écho d’un mode de jeu bien pensé, malgré une petite inégalité dans les combats.

Conclusion

Pour finir, Sniper Elite 5, cinquième opus tant attendu de la série, ne déçoit pas. Son gameplay est appréciable et très facile à prendre en main, et la difficulté est au rendez-vous. Malgré un temps annoncé d'environ 30 heures, je pense quant à moi pouvoir vous assurer au moins 50 heures de jeu, et une bonne part d'aventures à découvrir sur le chemin.Encore une fois, la série Sniper Elite brille par son ingéniosité, son réalisme et son histoire tout aussi attirante que pavée de vérité.

Graphismes
Musiques
Gameplay

Points positifs

  • une campagne immersive
  • une durée de vie longue
  • une très vaste customisation
  • un mode coopératif appréciable et interactif
  • des graphismes très beaux, y compris sur vieilles plateformes

Points négatifs

  • franchissement d'obstacles difficile
  • cartes un peu limitées en taille
  • une difficulté parfois submergeante
Avater de l'auteur
Par BioTheWolff

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.